Les avantages du neuf
Pour habiter ou investir

Acheter dans le neuf offre de nombreux avantages, notamment en matière de qualité du logement et de la résidence, d’économies d’énergie, de protection juridique et d’avantages financiers.

Fiscalité et financement

Investir dans le neuf permet, sous réserve de conditions, d’accéder à de nombreux dispositifs de défiscalisation ou de financement.

Des normes techniques et environnementales dernière génération

Votre appartement neuf répond aux normes de construction actuelle, renforcées par les exigences du référentiel NF Habitat (voir les programmes NF Habitat). Cela se traduit par des bénéfices concrets au quotidien : un intérieur sain, sûr, agréable à vivre et des dépenses maîtrisées, mais aussi le respect de l’environnement.

La possibilité de
personnaliser son logement

Vous choisissez vos prestations :
type de revêtements sols et murs, couleurs… Vous personnalisez votre logement selon vos envies… Nos conseillers commerciaux vous aideront à réaliser votre projet.

Les frais de notaire réduits

En achetant dans le neuf, vous bénéficiez de frais de notaire réduits (2,5 à 3% du prix d’achat contre 7 à 8 % pour l’achat d’un logement dans l’ancien).

Des frais d’entretien limités

Alors que des logements anciens peuvent rapidement nécessiter des travaux de rénovation ou d’entretien, les logements neufs ainsi que les parties communes (façades, ascenseur,...) ne nécessitent pas de frais avant plusieurs années.

Les garanties de la VEFA

La VEFA présente l’avantage d’apporter des garanties à l’acquéreur, d’ordre financier et technique :

1. La garantie d’achèvement de l’immeuble

La garantie d’achèvement de l’immeuble a pour objet d’assurer à l’acquéreur l’achèvement de l’immeuble, en cas de défaillance du promoteur, par le versement des sommes nécessaires à cet achèvement. Elle peut être fournie par un organisme bancaire, de caution ou d’assurance.

2. La garantie phonique

Le promoteur est tenu de livrer un bien respectant les exigences réglementaires en matière d’isolation phonique. Le promoteur est garant de cette obligation pendant un an à compter de l’entrée dans les lieux par le premier acquéreur. Lorsqu’ils sont de nature à porter atteinte à l’habitabilité du bien, les désordres acoustiques peuvent relever de la garantie décennale du promoteur.

3. La garantie des vices apparents

Le promoteur est également tenu de la garantie des vices de construction apparents comme tout vendeur. Toutefois, en VEFA, l’acquéreur ne pouvant voir le bien qu’il acquiert lors de la vente, cette garantie court pendant un an à compter de la réception des travaux ou de l’entrée dans les lieux de l’acquéreur. Les vices apparents ne doivent pas être confondus avec les défauts de conformités apparents. Ces derniers sont appréciés par rapport aux engagements contractuels du promoteur. Ils doivent être dénoncés dans les mêmes délais que les vices apparents (un an à compter de la prise de possession des lieux).

4. La garantie de parfait achèvement

Juridiquement, la garantie de parfait achèvement est due par l’entreprise qui a réalisé les travaux envers le promoteur, pendant le délai d’un an suivant la réception de l’immeuble. Toutefois, pour faciliter la réparation des désordres pouvant survenir dans cette période, le promoteur est l’interlocuteur privilégié de l’acquéreur. Il est donc généralement prévu que ces désordres lui soient signalés afin que le promoteur puisse rappeler l’entreprise concernée et ainsi remédier au plus vite à ces désordres.

5. La garantie biennale

Le promoteur est tenu du bon fonctionnement des éléments d’équipement du bien vendu. Cette garantie court pendant un délai de deux ans à compter de la réception.

6. La garantie décennale

Le promoteur est responsable des vices cachés portant atteinte à la solidité ou à la destination du logement, susceptibles de survenir dans un délai de 10 ans suivant la réception de l’immeuble. L’assurance dommages-ouvrages (DO), à laquelle le promoteur est tenu de souscrire et dont il transfère le bénéfice à l’acquéreur, préfinance les travaux de réparation de ces désordres. Les désordres, qui ne répondent pas à ces critères relèvent de la responsabilité contractuelle du promoteur. Ils doivent également être dénoncés dans un délai de 10 ans à compter de la réception de l’immeuble.

partager